Veines et déveines

Les flux du corps circulent en profondeur et à la surface. L’épiderme palpite. Le mur de l’immeuble, ou sa peau, se fissure sous la pression des tuyaux. Comme sur une planche d’anatomie, les veines sont représentées en bleu et les artères en rouge. « La veine », c’est aussi « la chance », et, dans la réalité de la ville, la rencontre, l’échange, les retrouvailles, l’emplette, la visite, la découverte. « La déveine », c’est « l’infortune », l’accident, l’urgence, le mauvais temps, la cohue, l’embouteillage, le train raté, l’occasion manquée. Que de micro événements dans la cité, et d’intimités entrelacées dans le tissu urbain.

Portfolio

< Retour